Seine-et-Marne : des villages réussissent à s’éclairer sans se ruiner

Détecteurs de présence, réduction de luminosité, horloges programmables, panneaux solaires… Les dispositifs ne manquent pas pour réduire sa note d’éclairage public. Gros plan sur six communes du département.

Si certaines communes éteignent leur éclairage public aux heures creuses, d’autres misent sur des luminaires moins énergivores. Ce sont six d’entre elles que le Sdesm (Syndicat départemental des énergies de Seine-et-Marne) a mises à l’honneur le mois dernier.

Grez-sur-Loing, Passy-sur-Seine, La Chapelle-la-Reine, Limoges-Fourches, Saint-Méry et Villeneuve-sur-Bellot n’ont pas seulement posé des lampes à LED. Elles y ont ajouté des sources d’économie supplémentaires : détecteurs de présence, réduction de luminosité, horloges programmables et panneaux solaires.

« L’éclairage public représente 45 % de la facture électrique et 17 % de la facture d’énergie globale des communes, en moyenne nationale, rappelle Didier Fenouillet, le directeur du Sdesm. C’est donc un gisement d’économie important si le parc est vétuste. »

La population tient à sa sécurité

C’est ce qui a poussé Limoges-Fourches (800 âmes) à modifier ses 127 points lumineux, il y a trois ans, et à réduire leur puissance de 30 %, la nuit. Coût de l’opération : 135 000 €, dont 40 % pris en charge par le syndicat.

La ville a fait un emprunt mais les résultats sont là. « Nous avons réduit la note de près de la moitié. L’amortissement sera fait en quelques années », se réjouit le maire (SE) Philippe Charpentier.

D’autant que la puissance de l’éclairage va être davantage réduite. « La population ne souhaite pas qu’on éteigne les lumières pour des raisons de sécurité, mais les LEDs blanches offrent une bonne luminosité », se satisfait l’élu.

Des leds ambrées pour protéger la faune

Saint-Méry (400 habitants) est dans le même cas de figure. Les 93 lampes du village ont été changées et leur puissance est abaissée de 70 % aux heures creuses.

« Nous avons économisé 62 % de notre consommation d’électricité en 2017, soit environ 2 000 €, se félicite Françoise Kuziak, la maire (SE). Le retour sur investissements va être inférieur aux neuf ans prévus, surtout après la hausse du prix de l’électricité. »

Gretz (1 140 habitants) et Passy (450) n’ont pas encore pu mesurer le gain d’aménagements réalisés l’an passé. Ces deux villages ont cependant été primés pour leurs innovations.

Le premier a installé 11 mâts autonomes à énergie solaire dans une voie sans éclairage, avec détection de présence et un mode veille. « C’est une technologie d’avenir, vante le maire (SE) Jean Lucan. À l’usage, nos nouveaux lampadaires seront plus économiques. »

Passy y a ajouté un argument écologique. Ses 37 nouveaux lampadaires sont tous à LED ambrée. « On revoit enfin de la faune nocturne », apprécie la maire (SE) Florence Benoît, qui espère en même temps réduire la facture de moitié.