Ce n’est certes pas une première pour les équipes de Ragni (La Gaude, 36M€ de CA en 2017) : l’Afrique, ils maîtrisent, et se sont déjà illustrés au Sénégal, toujours sur le segment de l’éclairage public solaire, une initiative particulièrement appréciée dans des pays où la part d’énergies renouvelables est obligatoire sur certains équipements. C’est aujourd’hui dans le cadre de la stratégie économique de progrès impulsée par le gouvernement gabonnais, qui tend à faire entrer le pays dans la catégorie des nations émergentes d’ici 2025, que le groupe familial officie via l’installation de 3.000 candélabres solaires. Double mission pour l’offre made in france : favoriser le développement économique et social, mais aussi sécuriser l’espace public dans des zones jusqu’alors dépourvues d’éclairages nocturnes.

Coordination gouvernementale

Autour de l’installation, un comité fourni, de la présidence de la République à la société d’Electricité, de Téléphone et d’Eau du Gabon. Au coeur des travaux, les propositions de Novéa Energies, filiale créée en 2007 et rachetée par Ragni SAS en 2015 spécialisée dans les technos solaires (notamment en termes de stockage d’énergie), avec pour premier cap les villes de Libreville et Akanda, avant de s’attaquer à l’intérieur du pays. Sont annoncés « plus de 150 regroupements de villages favorablement impactés par l’opération d’ici la fin de l’année. » Outre le volet éclairage public, le Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE) se penche aussi sur la réfection d’établissements scolaires, l’augmentation des points d’accès à l’eau potable, la mise en place d’un réseau de cliniques médicales mobiles ou l’exonération temporaire de cotisations sociales pour toute création d’emploi.